Mille milliards de microbes : virus bactéries et autres minuscules alliés de notre corps

livre mille milliard de microbes

Interview de Marc Giraud, naturaliste, au sujet de son livre pour enfants « Mille milliards de microbes » aux éditions Delachaux et Niestlé.
Illustration rigolote par Roland Garrigue.

 Yolaine de la Bigne, interviewe Marc Giraud, un naturaliste qui décrit avec pédagogie et humour le monde passionnant des microbes.

Marc Giraud a écrit un livre à destination des enfants (pas interdit aux adultes), loin de là, et pose la question:

 

« Mais qu’est-ce donc qu’un microbe ? »

Le mot est constitué de deux parties :

« micro » qui signifie  tout petit  et « bio » qui signifie  vie. Ce sont donc des êtres invisibles à l’œil nu. Des êtres pas forcément vivants parce qu’il y a là les virus qui sont à la limite du vivant.

Les virus ne respirent pas, ils ne se nourrissent pas ; et il y a par ailleurs les bactéries, qui sont la forme la plus simple de vie qui existe, c’est juste une cellule, il y a des micro champignons il y a de tout…

Le terme « microbe » c’est un peu comme le terme « invertébré » ça regroupe « du monde », c’est un « gros mélange » ! et des microbes, en fait, on en a partout …et heureusement ! oui heureusement ! C’est ce que l’on appelle le microbiote.

On connait le microbiote intestinal dont on on dit que c’est le plus important, mais il y a le microbiote cutané, donc celui de la peau qui est très important également. Notre peau est quand même notre plus grand organe : c’est 2 mètres carrés, environ 3 à 4 kg.
C’est une sorte de champ de bataille entre microbes et constitue nos défenses immunitaires. C’est un point très important parce que les microbes forment des alliances dans ce que l’on appelle des « biofilms », c’est-à-dire qu’ils construisent des « forteresses » dans lesquelles les bactéries communiquent, ils s’échangent des informations et se défendent contre les intrus.

Sur notre peau il y a des biofilms de bactéries, de staphylocoques alliés contre des staphylocoques ennemis.

Marc Giraud compare souvent cela à une place de parking, c’est-à-dire que toutes les places sont prises et les microbes ne vont pas « attaquer les intrus » mais ils vont « bloquer le passage » et ça c’est très important, heureusement que cela existe.

Donc avec le gel hydro alcoolique tous les jours, c’est vrai qu’on met le microbiote un peu à mal, ça « picote » un peu …mais entre deux maux il faut bien évidemment choisir le moindre !…. il est cependant important de le préserver.

Il y a finalement comme une entraide entre tous ces microbes et bactéries, et quand on ne joue pas le jeu, on est un « traitre » et alors les défenses immunitaires interviennent.

Effectivement quand il y a un intrus, les biofilms de bactéries forment comme un bouclier et là ça se bagarre, il y a vraiment un champ de bataille.
Le microbiote de notre peau est évidemment l’un des plus importants. On dit souvent que le microbiote intestinal est le plus important, on dit même qu’il est notre « deuxième cerveau ».

Mais la peau a également son microbiote et il est extrêmement important. On peut parler d’une sorte d’intelligence de la nature.  Il n’y a évidemment pas de « volonté » de la part de la bactérie. La bactérie n’a pas de cerveau. Il y a des sortes de compétitions, il n’y a pas que de l’entraide, mais il y a beaucoup d’entraide quand même !

Marc Giraud évoque des études

Ces ont révélé que dans un zoo, des animaux ont eu un microbiote « humanisé » car à chaque respiration on échange des millions et des millions de bactéries, on en a mille milliards sur la peau, dix mille milliards dans les intestins.

Des études incroyables ont été faites sur les mains de joueuses de base-ball américain

Lors d’un match, elles ont permis de constater que dans la même équipe toutes les joueuses avaient le même microbiote et l’équipe adverse avait un microbiote différent.

Pendant le jeu, elles échangeaient leurs microbes et après le jeu chaque microbiote revenait à sa place. C’est vraiment étonnant ! Vraiment il y a des échanges dont on n’a aucune conscience.

De même lorsque deux amoureux s’embrassent, un vrai « french kiss ! », alors il y a 80 millions de microbes qu’ils s’échangent langoureusement et cela prépare le couple à affronter les mêmes maladies, c’est la nature qui « veut » ça.

Finalement Marc Giraud nous fait aimer les microbes qui sont nos alliés.

Marc Giraud voulait initialement donner le titre « Safari pour soi-même » à son livre car il s’agit d’une découverte de notre « faune » ou notre « flore »En tant que naturaliste Marc Giraud explore des « lieux » inattendus : l’intérieur de l’oreille est passionnant avec son cérumen, il y a un micro biote très acide contre les champignons et les pathogènes qui s’engluent dans le cérumen, ce cérumen est important car lorsqu’on mastique ou lorsqu’on parle, on l’éjecte vers l’extérieur, un peu comme une sorte de camion poubelle qui ferait sa tournée et quand ça va vers l’extérieur le « bien-nommé auriculaire » termine le travail en le récupérant pour s’en débarrasser…. La nature est finalement bien faite !

Mon mot de la fin :

Et si nous prenions exemple sur ces microbes qui œuvrent discrètement pour notre bien à notre insu ?
Qu’en serait-il de notre capacité à nous allier entre êtres humains pour le bien de tous ?
Nous serions très certainement capables de grandes choses…..
La nature agit et œuvre avec une grande intelligence dont nous n’avons la plupart du temps aucune conscience. On n’ose imaginer l’intelligence de l’infiniment grand quand l’infiniment petit est capable de nous étonner à ce point….
Et vive les livres d’enfants lus par les adultes car ils nous permettent d’aller « vers l’infini et au-delà



MERCI Dame Nature et merci à Monsieur Marc Giraud,

qui nous invite en toute simplicité à une telle découverte, avec des mots simples …finalement ce sont des livres pour enfant à lire par des adultes aux enfants … et inversement ….

Alors n’hésitons pas, allons à la découverte et partons en safari !

Article rédigé par Rita Cano,
membre de l’ équipe Planète Altruiste – Psychologue

Yolaine de la Bigne :

Créatrice de la Journée Mondiale de l’Intelligence Animal et des Universités d’été des intelligences animales

Marc Giraud :

Naturaliste – Auteur et fondateur de l’Association Aspas  : Association pour la protections des animaux sauvages )


Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Qu'est-ce que vous pouvez lire ensuite

Intéressé par notre association , nos actions & évènements ?

RESTONS EN CONTACT : Recevez toute l’actualité de l’association, découvrez nos projets,  participez à nos événements
(Journée Mondiale de l’Altruisme, Rassemblement Altruiste…)